C'est bien entendu le type de pratique envisagé pour cette activité qui va le guider dans son achat.

De la promenade de quelques heures en station aux longues sorties sur les sommets alpins, on ne s'orientera bien sur pas vers le même type de raquettes. Le randonneur occasionnel profitera d'une chute de neige récente pour aller faire sa trace en poudreuse, en évitant bien sûr les pentes raides. Il lui faudra donc des raquettes présentant une bonne portance et un confort de marche optimal. L'accroche et la rigidité ne seront pas privilégiées car elles diminuent la glisse et le coté ludique pour la progression en poudreuse.

Inversement, pour accéder aux sommets alpins en hiver, il faut des conditions de neige stabilisée. Le randonneur rencontrera donc souvent des neiges dures et soufflées sur les crêtes. Son matériel devra lui garantir une bonne accroche dans les pentes plus raides qui ne manqueront pas de se présenter. Ses raquettes devront être maniables et sûres.

Pour les approches hivernales, il faudra choisir un modèle avec une excellente accroche, léger et peu encombrant sur le sac à dos, au détriment de la portance.

Il existe deux grandes familles de raquettes à neige. Les raquettes à cadre et tamis séparés et les mono-blocs en composite. Les cadres sont en métal, le plus souvent en aluminium, et donc rigides. Il peuvent être tubulaires et favoriser la glisse et le confort de marche, ou bien sous forme de rails dentelés pour une meilleure accroche en neige dure et dans les dévers.

Les tamis montés sur ces cadres possèdent une certaine souplesse et permettent ainsi de sentir la neige sous les pieds. Le confort de marche s'en trouve encore amélioré en neige poudreuse. Mais c'est au détriment de la précision si le tamis est trop souple.

Les raquettes mono-blocs ont un contact un peu moins agréable avec la neige. Elles sont réalisées en matériaux composites et possèdent en général une excellente rigidité transversale pour une meilleure accroche dans les dévers. Certains modèles possèdent par contre une certaine souplesse longitudinale, notamment en spatule, qui contribue à faciliter la progression en neiges profondes car la spatule s'enfonce moins. Cette caractéristique peut par contre être gênante en terrain accidenté sur neige dure.

L'accroche de la raquette sur les neiges dures est le plus souvent assurée par des dents disposées sous la pointe de la chaussure. Ces dents sont surtout utiles pour la progression de face, dans l'axe de la pente, en montée comme en descente, et deviennent vite indispensables lorsque le terrain est plus raide. Pour la stabilité latérale, on trouve en général des rails ou pointes métalliques sur la périphérie de la raquette. Si ces accessoires sont très efficaces et augmentent vraiment la sécurité pendant la progression, ils ont tout de même tendance à freiner la marche et alourdir le matériel, et ne vont pas toujours dans le sens d'une pratique ludique de la raquette à neige.

Pour obtenir une démarche naturelle, une raquette doit être la plus étroite possible. Pour ne pas s'enfoncer dans la neige, elles doit être la plus large possible. Augmenter la longueur d'une raquette pour augmenter sa portance n'est efficace que si la raquette est rigide, afin que le poids soit réparti sur toute sa surface. La forme d'une raquette est donc toujours un compromis entre ces différents facteurs. Les raquettes en composite sont moulées et peuvent donc avoir des formes élaborées. Leur talon est souvent plus étroit pour faciliter la marche, et leur spatule plus large pour augmenter la portance. Les raquettes à cadres métalliques profitent au contraire de la rigidité de leur cadre et sont plutôt longues et étroites. L'effet de glisse est aussi amélioré.

La fixation avec la chaussure est certainement le point clé dans le choix de l'équipement. En terrain accidenté, le pied doit être parfaitement solidaire de la raquette et le talon ne doit pas bouger latéralement. Les fixations à plaques rigides sont les seules à garantir un maintien parfait à condition que le système de serrage sur la chaussure soit efficace. Elles sont par contre plus lourdes et moins agréables à utiliser pour les longues marches en terrain facile que les fixations sans plaques. Des systèmes intermédiaires rigides à l'avant et possédant un serrage puissant peuvent être de bons compromis.

D'autres caractéristiques peuvent être déterminantes au moment du choix. La cale de montée est par exemple un élément souvent indispensable. Le réglage de la pointure doit pouvoir se faire facilement sur le terrain et sans outils. Les raquettes ne doivent être ni trop encombrantes ni trop lourdes si elles ne sont destinées qu'aux approches et qu'elles doivent ensuite être portées sur le sac à dos. Autant d'éléments à prendre en compte en fonction de l'utilisation et du type de pratique de la raquette à neige.